vendredi 13 mai 2016

Dis Design

Back in the 70s, Donal Judd, artiste minimaliste de l'époque, s'offre le luxe d'un immeuble au coin de Spring Street et de Mercer Street, en plein Soho. il avait bon goût Donald! Rappelons quand même qu'à l'époque Soho n'était pas encore Soho, cette destination touristique number 1 entre toutes ... En 2016 il est possible visiter cet immeuble et de replonger dans la vie de la famille Judd. En observant depuis les immenses fenêtres les nombreux passants et commerces qui ont fleuri dans Soho entretemps on mesure bien le décalage entre les époques. Mais on le sait, New York est une ville toute en opposition, toute en contraste, où tous les styles se côtoient, se mélangent, et finissent par s'influencer, en permanence et dans un climat de perpétuel renouvellement. C'est bien cela qui nous fascine et nous attire, disons-le. L'univers du design n'y échappe pas. Et cela n'a pas échappé non plus aux yeux d'Elsa et Annabelle. Elles ont donc entrepris de nous présenter dans leur site, The Maze, un joli condensé des adresses design qu'elles ont glané dans la ville, deci delà, habiles les filles! Non seulement elles nous livrent ici un très beau carnet d'adresses mais elles le font avec brio et élégance, Yessss !! Nous ne pouvons que les encourager à toujours déambuler pour nous (ce qui nous évite à nous, les filles toujours à l'arrache de le faire) et à nous rapporter les meilleures adresses design de NYC dans The Maze.
http://www.juddfoundation

vendredi 6 mai 2016

Pur Cauchemar

Il y a un truc avec le mot "pur" dans la ville, pure yoga, pure barre. D'après mes expériences je n'ai visiblement pas saisi ce qu'il vient faire là et pourquoi il est associé au yoga et à la barre... Dans un cas comme dans l'autre, ce sont des expériences intenses, mais pourquoi "pures"? Si vous ne tentez pas l'expérience - ce que je vous souhaite - je peux vous raconter en deux mots ce qui se passe, il y a des filles supra-hyper-à fond, à croire qu'elles sont high, qui bougent leur corps avec une facilité anormale, déconcertante et beaucoup- trop?- d'endurance (pffttt, même pas jalouse). Pour clore le sujet, oui parce que pure est le sujet, je ne vais pas m'étendre trop, elles sont sûrement sourdes, ou devenues sourdes, vu le volume de la pure musique... Bref, que ce soit le yoga ou la barre, et d'ailleurs dans ce deuxième cas, la barre est juste là pour la déco de la salle, cela s'appellerait plutôt de la gym version camp d'entrainement militaire pour femmes mutantes et je cherche encore le lien avec "pure"... Un petit coup de pure water pour célébrer toutes ces expériences?

jeudi 24 mars 2016

Pourquoi "chiller" dans le Meatpacking

... Parce que c'est là qu'il y a le Whitney Museum, qui, indépendamment de son nouveau bâtiment tout neuf (signé Renzo Piano), présente les oeuvres des artistes américains, ça rappelle qu'il y en a aussi, et beaucoup. Le cirque de Calder est à ne pas rater ; Parce que la vue depuis les terrasses est à se damner, beaucoup plus chouette qu'une promenade sur la High Line, tellement fréquentée et recommandée dans "tellement-tous-les-guides" qu'elle en est aujourd'hui devenue  has been... Parce qu'une fois, tout fraichement imbibés de cette culture artistique américaine, il y a de quoi se divertir rapport aux boutiques alentour; Parce que c'est le moment d'aller déjeuner en terrasse et que cela ne manque pas; Parce qu'enfin c'est là que se croisent tous les new yorkais qui comptent, et les touristes branchés, CQFD!

jeudi 17 mars 2016

Flashback to Ancient Times à NYC!

Le fait de prendre le temps de tremper dans un bain a un petit côté régressif, quelque peu rebelle dans son refus de se laisser bousculer par le temps. Avec cette rebelle attitude, j'ai choisi de prendre mon temps, de l'oublier donc, dans un lieu de bains, de multiples bains. Du tiède au chaud, au moins chaud, au glacial, au bouillonnant au plus calme, j'ai donc alterné tous ces bains pour mon plus grand plaisir. Douceur de la pénombre, douceur de la température ambiante, esthétisme de l'endroit. Je suis ressortie en laissant quelques piastres (pour ne pas dire beaucoup de dollars!), et ai replongé illico presto dans ma vraie vie de new yorkaise qui court toujours, une sirène me rappelait déjà à l'ordre..

lundi 7 mars 2016

Je rayonne

C'était la première fois, je suis entrée consciente et consentante. Je suis ressortie 40 mn après, apaisée et tellement rayonnante de mille pensées bienfaisantes... Je me suis assise sur un coussin, j'ai fermé les yeux et me suis laissée guider par la voix de la maîtresse de cérémonie. Il était question de développer et d'encourager les pensées positives, la compassion et l'empathie, la classe s'appelait "heart". Oubliées les embrouilles, oubliées les mauvaises ondes, je rayonnais! Pour un rayonnement total, il est conseillé de revenir et de pratiquer régulièrement. En clair, c'était une première expérience de méditation au studio MNDFL. Oh My God!
http://mndflmeditation.com


mardi 1 mars 2016

Découverte Nippone

Découverte culinaire et nippone Midtown East. Bien cachée dans un immeuble moderne et de fière allure. Zen garanti. Prix raisonnable au vu de la qualité. Merci de ne pas se présenter pour le déjeuner quelques minutes avant midi, les cuisines ne sont pas prêtes. Se présenter donc à partir de midi. Et se régaler de sushis. Easy!




mardi 13 octobre 2015

Respiiiiire

Parce qu'habiter Manhattan nécessite de prendre un peu l'air, un grand bol, oui, juste un peu, de temps à autre, j'ai fait un trois en un: j'ai respiré, j'ai vu et j'ai lu. Kill two birds with on stone, right? A la campagne tout ça. Dans les Berkshires, Mass. Mon grand bol d'air dans les forêts alentour (que je conseille vivement, l'air et les forêts - North of Great Barrington, Monument Mountain) mis à part, j'ai eu l'occasion de découvrir le travail de Norman Rockwell, célèbre illustrateur américain et de Roz Chast, illustratrice au New Yorker, les deux se partagent actuellement l'affiche (c'est le cas de le dire ...) au Norman Rockwell Museum. J'ai vu les affiches de Norman, je les ai admirées, reflet d'une page de l'histoire américaine, vu aussi les planches du travail de Roz, me suis régalée de son humour. J'ai enfin lu son roman graphique "Can't we talk about something more pleasant?"Le lendemain j'entrai dans l'univers très privé de de Suzy et George (Mrs Frelinghuysen and Mr Morris), tous les deux artistes et collectionneurs. Leur maison, le studio copié sur le style Le Corbusier. Et là, j'ai vu, indépendamment de leur maison, plein de belles choses ...