jeudi 12 janvier 2012

Un cowboy dans la ville

Les portes claquent, le vent s'engouffre, il fait son entrée, il est là, on ne peut le rater ... L'homme est de stature imposante, pas d'humeur à la blagounette, il a fait un long voyage, une allure de conquérant indéniablement, une pub pour les jeans Levis version 2012 ! Il toise l'assistance, en même temps se fait timide. Il se penche pour s'adresser à une jeune femme, une parmi d'autres, elles sont nombreuses à s'affairer là. On ne l'entend pas, on n'entend rien. On croit percevoir une voix timide, mal à l'aise, voix qui contraste avec le personnage assuré, un personnage qui n'aime pas être contrarié. Notre cowboy se courbe une nouvelle fois, il s'assied maintenant, les regards sont toujours braqués sur lui. Lui, assis, a perdu toute son aura. Il a aussi tendu ses mains, les a données, confiées, abandonnées à cette jeune femme, pas craintif . C'est l'heure de la manucure à New York, et ce n'est pas seulement pour elles...



Aucun commentaire:

Publier un commentaire