mercredi 10 octobre 2012

Harlem, une rencontre et plus

Une maison, perchée là-haut, sur les hauteurs de Sugar Hill, 163eme Rue. C'était elle au départ le prétexte de cette petite escapade. Une maison, of course, mais attention, pas n'importe quelle maison. La doyenne de Manhattan, une mansion de 1765, Oh Dear ! Et quelle histoire autour d'elle, de cette Morris-Jumel House- car c'est là son nom- une histoire où il est question d'une femme, de séduction, d'argent et de pouvoir... Eliza, Eliza, Eliza... Le calme alentour surprend. Une autre rencontre la porte à côté. Avec Kurt cette fois. Kurt Thometz est d'ailleurs passionné par Eliza. Kurt est collectionneur de livres anciens et plus contemporains. Ecoutez Kurt raconter, regardez les livres qui vous entourent, feuilletez, prenez le temps. Repartez finalement après un moment, différent certainement, avec en vous, un tout petit bout de ce qui fut, de ce qui est, Harlem aujourd'hui. Et puis bien sûr, Hamilton Grange et Strivers' Row (mais là, Mon Oeil New York ne donne pas dans la révélation...). Pas dans la révélation non plus, le déjeuner sur la terrasse du Red Rooster, mais si agréable par une belle journée. Kurt préfère la cuisine dominicaine et garantit an amazing  lunch pour $7 chez Margot. Eliza, quant à elle, aurait probablement fait la coquette sur la terrasse du Red Rooster...


2 commentaires:

  1. j'aime beaucoup l'ambiance qui se dégage de cette ancienne demeure, on a l'impression d'être transporté dans la vieille Amérique alors qu'on est en plein Manhattan, la vue est très jolie aussi! le haut de Harlem vaut vraiment la visite!

    RépondreSupprimer
  2. Merci Caro, oui, en me promenant par là, j'ai vraiment eu cette sensation qu'il y avait une âme, quelque chose de particulier, indicible...

    RépondreSupprimer